Texte paru dans: / Appeared in:
*


Diapason # 690 (05 /2020)
Pour s'abonner / Subscription information


Harmonia Mundi
HMM902457.59


Appréciation d'ensemble:

Outil de traduction (Très approximatif)
Translator tool (Very approximate)
 

Analyste: Jean-Christophe Pucek

 

Bach n'hésita jamais à se mettre  à l'école des différents styles nationaux afin de mieux nourrir son métier et son imagination. Durant sa période d'activité à Weimar (1708-1717), il fréquenta assidûment la musique française dont la cour raffolait. Pour le Vol. III d'une intégrale partagée entre l'orgue et le clavecin (cf nos 668 et 680), Benjamin Alard explore ainsi la façon dont Bach usait du gallicisme, mettant ses oeuvres en miroir de quelques pages de compositeurs du cru.

Le disque d'orgue, qui s'ouvre sur l'Aria BVW 587 empruntant aux Nations de François Couperin, est une incontestable réussite. À la tribune alsacienne du Silbermann de Marmoutier (1710), idiomatique en termes de caractère, Alard trouve l'équilibre idéal entre ampleur et grâce, déployant un évident talent d'architecte et de coloriste (magistrale Passacaille BVW582).

Les bonheurs sont moins égaux côté clavecin. Le programme donné sur l'instrument d’Assas est le plus séduisant, sa mosaïque de pièces majoritairement brèves favorisant une varietas que l'interprète exploite avec une réelle intelligence du texte et des climats. L’autre partie, sur une copie de Fleischer, dont la captation lointaine nous frustre des attraits, nous laisse sur notre faim. Les deux Suites anglaises, conduites avec clarté, dessinées d'une main sobre et élégante, manquent de cet influx de la danse, trait français s'il en est, qui signe les plus éloquentes versions ; on n'y retrouve ni l'énergie de Leonhardt (Seon, 1974), ni le théâtre de Rousset (Ambroisie, 2003), ni la plénitude de Dubreuil (Ramée, 2013). Trop timide, la Suite « Aufs Lauten Werck » BVW 996 pâlit face à la vigueur que lui insufflait Hantaï (Virgin, 1997). L'ensemble reste de belle tenue mais d'un tel interprète, c'est l'éblouissement qu'on attend.


Sélectionnez votre pays et votre devise en accédant au site de
Presto Classical
(Bouton en haut à droite)

Pour acheter l'album
ou le télécharger


To purchase the CD
or to download it

Choose your country and curency
when reaching
Presto Classical
(Upper right corner of the page)

   

Cliquez l'un ou l'autre bouton pour découvrir bien d'autres critiques de CD
 Click either button for many other reviews