Texte paru dans: / Appeared in:
*


Diapason # 677 (03 /2019)
Pour s'abonner / Subscription information


Claves
CD1820




Code-barres / Barcode : 7619931182025

Appréciation d'ensemble:

Outil de traduction (Très approximatif)
Translator tool (Very approximate)
 

Analyste: Denis Morrier

Avec dix recueils publiés de pièces instrumentales, neuf de cantates, et quarante‑trois autres de musique religieuse, Maurizio Cazzati fut l'un des compositeurs les plus prolixes du Seicento. Actif dans les cours de Mantoue, Bergame et Ferrare, il fut consacré Maestro di cappella en l'éminente basilique San Petronio de Bologne. Trois réalisations majeures balisent sa discographie: le Requiem gravé par La Fenice (Accord, 1991) ; les Sonates op. 18 par Mensa Sonora (Pierre Verany, 1996) ; et les cantates, en particulier l'émouvant Absalone, par l'ensemble Céladon (Arion, 2006). Une jeune phalange strasbourgeoise, issue de la Schola Cantorum de Bâle et du CNSM de Lyon, prend la relève et associe à Cazzati un auteur encore plus obscur, Carlo Donato Cossoni (1623­1700), organiste à Côme puis à Milan, avant que Cazzati ne l'introduise à San Petronio.

Le groupe de continuo, aussi attentif qu'inventif, assure l'unité d'une interprétation foisonnante, qui se distingue par la souplesse de ses tempos, le renouvellement et la gradation de ses effets. Un violon radieux et deux admirables cornets (se muant parfois en flûtistes) rivalisent de virtuosité pour colorer ce riche propos. Les cornettistes s'emparent avec brio de l'une des sonates à deux violons de l'Opus 18 (La calcagnina) : rapt aussi audacieux que fructueux! La voix d'Alice Borciani, d'une rare limpidité, est particulièrement convaincante dans les délicieuses canzonette (volubiles et malicieux Occhi belli), grâce à son articulation incisive, sa vocalisation agile et précise. Si l'aigu est cristallin, son grave manque parfois de profondeur et son médium d'ampleur.

La soprano parait ainsi moins à l'aise dans les motets, certes touffus, de Cossoni : il faut reconnaître que leur construction en mosaïque (Suspirat in dolore) et leur rhétorique sinueuse a de quoi troubler! Cossoni est le digne héritier de Cazzati, auquel furent reprochées ses hardiesses d'écriture. La polémique avec les théoriciens fut si vive qu'elle causa l'exclusion du compositeur de la célèbre Accademia Filarmonica bolonaise, Cazzati rétorqua alors à ses détracteurs « qu'il préférait se laisser guider par son oreille plutôt que par les règles [car] les règles ne sont pas des préceptes divins, mais diverses opinions humaines ». Une maxime qu'interprètes et critiques se devraient de ruminer chaque jour!


 Support us financially by purchasing this disc from eiher one of these suppliers.
  FR  -    
a l'un ou l'autre des fournisseurs proposés contribue à défrayer les coûts d'exploitation de ce site.  

   

Cliquez l'un ou l'autre bouton pour découvrir bien d'autres critiques de CD
 Click either button for many other reviews