Texte paru dans: / Appeared in:
*


Diapason # 676 (02 /2019)
Pour s'abonner / Subscription information


Claves 501803  



Code-barres / Barcode : 7619931180328

Appréciation d'ensemble:

Outil de traduction (Très approximatif)
Translator tool (Very approximate)
 

Analyste: Denis Morrier

Le développement de la frottola marque, à la fin duXVe siècle, le renouveau de la musique italienne profane, et préfigure les expérimentations de la seconda prattica . Généralement à quatre voix, ces polyphonies de forme strophique pouvaient être confiées à un seul chanteur, les parties inférieures étant confiées au luth. Cette pratique, attestée tant par les sources musicales que les commentateurs littéraires, témoigne du goût particulier des Italiens pour la « monodie accompagnée » et le chant expressif soliste dès l'aube du Cinquecento.

Le répertoire vaste et varié des frottole , dominé par Bartolomeo Tromboncino et Marchetto Cara, a attiré plus d'un interprète par sa fraîcheur d'invention et son immédiate séduction, tout particulièrement les contre-ténors. Suivant les traces inspirées de Kevin Smith (Hyperion) et de Giuseppe Zambon (Edelweiss), Gabriel Jublin cueille son bouquet chez Caprioli, Bisan, Tromboncino et Verdelot - un auteur franco-flamand illustrant la transition de la frottola vers le madrigal du Cinquecento. Particulièrement soignée, sa lecture semble plus soucieuse du galbe de son chant (le timbre est lumineux, le soutien impérial, le phrasé ciselé) que du contour des mots. Leur profondeur poétique et leur énergie sont distanciées au bénéfice de la grâce mélodique et de la pureté du son, certes efficientes. Jublin prolonge certaines pièces par des improvisations en duo sur les poèmes des frottolistes - une pratique dont il s'est fait une spécialité avec son ensemble. Les présentes réalisations m'ont moyennement séduit. Tandis que le luthiste égrène des accords et agrégats « bien sonnants », le chanteur s'adonne à une sorte de recitar cantando dans un langage essentiellement modal, dont les formules les plus inspirées évoquent parfois le stile recitativo du premier baroque ( Quanto di me fortunate sete ). Le parcours s'achève sur un Zefiro spira à la mélodie strictement diatonique, chantée bouche fermée sur un accompagnement hypnotique, aux allures de musique relaxante ! La  touchante frottola éponyme de Tromboncino paraît alors bien loin…


 Support us financially by purchasing this disc from eiher one of these suppliers.
  FR  -  U.S.  -  UK  -  CA  -  DE  JA -  
a l'un ou l'autre des fournisseurs proposés contribue à défrayer les coûts d'exploitation de ce site.  

   

Cliquez l'un ou l'autre bouton pour découvrir bien d'autres critiques de CD
 Click either button for many other reviews