Texte paru dans: / Appeared in:
*


Diapason # 676 (02 /2019)
Pour s'abonner / Subscription information


Glossa
GCD924004




Code-barres / Barcode : 8424562240049

Appréciation d'ensemble:

Outil de traduction (Très approximatif)
Translator tool (Very approximate)
 

Analyste:

Jouons cartes sur table, le quatuor de solistes ne vole pas bien haut - et même au ras des  pâquerettes quand le contre-ténor sort du rang… Mais la musique est si riche (en ors comme en ombres) et Vashegyi voit si loin, au-delà des aléas du détail, que cette découverte nous vaut un festin. L'ampleur hors du commun de la messe inédite fait un lointain écho à l'album extraordinaire de Bernarda Fink qui s'attachait aux cantates a voce sola de Conti en 2001 (Arcana, Diapason d'or , cf. no 492 ). Sventurata Didone (Hammer, ORF) et l'opéra David (Alan Curtis, Erato) témoignent aussi au disque de l'envergure de ce Florentin, devenu compositeur principal de la cour de Vienne. 

Cette Missa sancti Pauli convoque tout l'arsenal de styles disponibles en 1715. Des polyphonies à l'ancienne y jouxtent des tableaux concertants, épicés de quelques chromatismes osés et presque dérangeants, mais très signifiants (le « Qui tollis » du Gloria ). Pas de fastes à la salzbourgeoise mais une certaine gravité, un zeste de solennité, un orchestre à cordes employé la plupart du temps comme un bloc sonore opposé au choeur. Cette impression de sérieux s'ancre dans la tonalité de sol mineur, qui imprègne l'essentiel de la partition pour ne laisser s'exprimer que rarement un éclat plus festif (« Et resurrexit », « Dona nobis »). Même le « Hosanna » semble privé d'exultation, malgré les sages volutes des cordes. La qualité de l'écriture culmine dans le traitement des voix solistes et dans les ensembles choraux concertants. L'attaque virtuose du Gloria par la soprano solo en offre un bon exemple (le contre-ténor peine à prendre le relais). Le dramatisme du « Passus », où la succession des solistes entretient un climat morbide, et le statisme rhétorique des « Credo » martelés annoncent le Bach de la Messe en si mineur . Conti voit large. Vashegyi aussi, jusqu'au diminuendo apaisé sur lequel cette fresque se referme. La partition a souvent été jouée après la mort de Conti et ce jusqu'au XIXe siècle, au gré de nombreuses modifications. Zelenka la donna à Dresde avec des changements de son cru.


 Support us financially by purchasing this disc from eiher one of these suppliers.
  FR  -  U.S.  -  UK  -  CA  -  DE  JA -  
Un achat via l'un ou l'autre des fournisseurs proposés contribue à défrayer les coûts d'exploitation de ce site.
 

   

Cliquez l'un ou l'autre bouton pour découvrir bien d'autres critiques de CD
 Click either button for many other reviews