Texte paru dans: / Appeared in:
*


Diapason # 675 (01 /2019)
Pour s'abonner / Subscription information


 

Aeolus
AE10154  
Hortus
Code-barres / Barcode : 4026798101541  

 

Outil de traduction (Très approximatif)
Translator tool (Very approximate)
 

Analyste: Paul de Louit
 

 

Deux interprètes de L'Art de la fugue , de deux générations, partagent la conviction que c'est une oeuvre achevée. Comment l'entendent-ils ? Pour Bob Van Asperen, arguant des sources, l'oeuvre se clôt sur le triple Contrapunctus XI , la fameuse fugue inachevée n'en faisant pas partie (il l'écarte de son album). Pour Vincent Grappy, qui reprend la thèse d'Indra Hughes, l'inachèvement est volontaire, un défi à la postérité ; la fameuse mention manuscrite « après avoir inscrit le nom BACH dans le contre-sujet, le compositeur est décédé » serait la final touch de ce canular olographe, d'un Cantor qu'on ne pensait pas si farceur. L'organiste blésois, dans ce mouvement maintes fois « complété », opte pour la réalisation de Davitt Moroney. Sur l'orgue de Saint-Benoît-sur-Loire, curieuse création italianisante et un tantinet gueularde des années 1980, Grappy cisèle les canons (très réussis), intériorise un émouvant Contrapunctus I , onumentalise le Contrapunctus XI (2' de plus que Van Asperen !) et la Fuga a 3 soggetti . Parfois, on le voudrait moins amène, plus incisif : dans le Contrapunctus VI à la française, puis dans les VII à XI , il baigne l'animation rythmique des contre-sujets, pour parler comme les Goncourt, dans une « atmosphère émolliente où se détend la fib re nerveuse et où s'éteint la fièvre qui fait créer ». Significativement, dans le Contrapunctus II , où Bob Van Asperen surexpose le rythme pointé, Vincent Grappy l'atténue, le gomme, le change en un quelque chose vaguement ternaire. Vieux routier de l'oeuvre (il y fut le second clavecin de Gustav Leonhardt en 1969), Van Asperen a des partis autrement forts, et moins consensuels. La gravité docte de l'expression attire l'attention sur l'ornementation ajoutée, profuse et parfois aux limites du naturel, et une inégalité étudiée qui donne à l'ensemble un caractère français inusité. Curieusement, ce n'est pas le contrepoint alla francese qui en bénéficie le plus mais, magnifiquement, ceux de part et d'autre (III-V , VII-VIII ). Conférer au Contrapunctus XI la place cruciale qui revenait traditionnellement à la fugue inachevée obligeait l'interprète à nous convaincre, et Van Asperen y parvient. La complexité du travail contrapuntique est rendue dans sa prodigieuse combinatoire, et davantage encore dans sa progression expressive, pensée non seulement à l'échelle de la pièce mais de l'oeuvre entière ; un couronnement après lequel les fugues-miroirs à deux clavecins paraissent de brillantes annexes.


 Support us financially by purchasing this disc from eiher one of these suppliers.
  FR  -  U.S.  -  UK  -  CA  -  DE  JA -  
Un achat via l'un ou l'autre des fournisseurs proposés contribue à défrayer les coûts d'exploitation de ce site.
 

   

Cliquez l'un ou l'autre bouton pour découvrir bien d'autres critiques de CD
 Click either button for many other reviews