Texte paru dans: / Appeared in:
*


Classica # 207/ (11 / 2018)
Pour s'abonner / Subscription information


Harmonia Mundi
HMM902278




Code-barres / Barcode : 3149020934401

Appréciation d'ensemble:

Outil de traduction (Très approximatif)
Translator tool (Very approximate)
 

Analyste:  Jérémie Bigorie
 

PRÊTRE FOU

Le jeu agile et contrasté de Jean-Guihen Queyras semble calqué sur l'écriture fébrile de Vivaldi.

Les instrumentistes de talent ont rapidement agrégé les Six Sonates pour violoncelles et basse continue de Vivaldi à leur répertoire en dépit de leur faible exigence technique qui accréditerait la thèse selon laquelle elles auraient été destinées à un amateur, comme le rappelle la notice d'Olivier Fourès. Elles reprennent prima facie les canons formels de la sonate en quatre mouvements affinés par Corelli: Largo, Allegro, Largo, Allegro. Mais il y a chez le Prêtre Roux un je‑ne‑sais‑quoi de plus fou, de plus élevé que chez les autres musiciens. Car sans atteindre la virtuosité démonstrative ni le souffle conquérant des concertos (pour violon surtout), les sonates recèlent bien des merveilles. Le jeu articulé et d'une grande richesse de nuances de Jean‑Guihen Queyras nous change des versions rigoureuses et désincarnées. Au vrai, il interprète comme Vivaldi écrivait, avec des passages d'une fébrilité intense encadrant des moments de larges respirations. On aime son agilité de belette au moyen de laquelle il colle, au plus près du caractère de chaque mouvement.

En commençant par la Sonate no 5 en mi mineur dont le Largo initial, tout en appogiatures, revêt la même position au sein du corpus que le prélude de la Suite no 5 pour violoncelle seul chez Bach, Jean‑Guihen Queyras entend instaurer une certaine hauteur de vue que le reste du programme ne démentira pas. Voyez comme il tire profit de l'imagerie baroque (sans rien appuyer) dans l'âpre Sonate no 3 , à un tranchant rythme pointé, succède une ligne implorante, tel un dialogue imaginaire entre deux personnages. La complémentarité avec la basse‑continue trouve de son côté plus d'une occasion de se manifester: dans la Sonate no 4, l'on perçoit deux violoncelles solistes, tandis que les Largos médians donnent toute licence au théorbe d'égrainer ses gouttes mélancoliques. De fait, l'éventail élargi des timbres parachève la réussite de cet enregistrement à placer en tête de la discographie.


Support us financially by purchasing this disc from eiher one of these suppliers.
  FR  -  U.S.  -  UK  -  CA  -  DE  JA -  
Un achat via l'un ou l'autre des fournisseurs proposés contribue à défrayer les coûts d'exploitation de ce site.

   

Cliquez l'un ou l'autre bouton pour découvrir bien d'autres critiques de CD
 Click either button for many other reviews