Texte paru dans: / Appeared in:
*


Diapason # 669 (06/2018)
Pour s'abonner / Subscription information


Mirare
MIR332



Code-barres / Barcode : 3760127223337

Appréciation d'ensemble:

Outil de traduction (Très approximatif)
Translator tool (Very approximate)
 

Analyste: Gaëtan Naulleau

S’ils n'ont jamais manqué de maîtrise plastique ni de lumière depuis leur premier disque essayant chez Bach un choeur de solistes (1990), Philippe Pierlot et son Consort se surpassent. Le nouvel album vaut à la fois comme l'une des illustrations les plus accomplies de ce que peut apporter l'effectif vocal réduit prôné par Joshua Rifkin (et des musicologues toujours plus nombreux), et comme l'un des disques de cantates les plus inspirés depuis le « Bach Pilgrimage » de Gardiner, il y a dix ans. Les Diapason d'or distribués entre-temps se comptent sur les doigts d'une main. La réussite repose autant, et même un peu plus  sur l'ensemble instrumentai somptueux que sur les quatre chanteurs. Dès l'entrée frappante de la BVW 75, le hautbois se taille la part du lion dans ces trois cantates (1723‑1725) : chaque intervention d'Emmanuel Laporte est un festin de nuances et d'éloquence. La vitalité des archets fédérés par Sophie Gent, la trompette de Guy Ferber et tous les acteurs d'un continuo fantastique, sonnant large (clavecin et orgue) ne sont pas moins déterminants dans cette splendeur, qui brise allègrement l'image de cantates « bonsaï » associée par défaut à la thèse de Rifkin.

On en veut donc un peu à Philippe Pierlot de retenir la BVW22, sans choeur d'entrée. Puis on le bénit en découvrant le solo de Laporte mêlé au chant de Carlos Mena ‑ contre‑ténor transcendant, comme toujours, chez Bach.
Dire que les voix de Hannah Morrison (soprano suffisamment agile pour l'air délicat de la BVVV 75, mais assez pointu) et Hans Jörg Mammel (pilier du groupe) nous portent aussi haut serait mentir, mais l'intensité du dialogue noué avec les instruments nous comble, et profite d'une prise de son exceptionnelle.

On avait pu reprocher à Aline Blondiau de traiter le choeur de solistes comme une formation traditionnelle (à distance, lissée) dans un album de Vox Luminis (cf. no 654). Ses micros traduisent cette fois idéalement le relief propre de cet effectif et l'émancipation réjouissante des chanteurs, bombant le torse pour ne pas se faire « manger » par l'orchestre dans les tutti d'entrée. Celui de la BVW 127 est un joyau : Bach, une fois de plus, nous accroche l'oreille par un thème de choral pour (surprise !) nous en faire découvrir deux autres au gré de combinaisons polyphoniques de plus en plus tendues. Trois chorals funèbres pour le prix d'un Medley luthérien.


 Support us financially by purchasing this disc from eiher one of these suppliers.
  FR  -  U.S.  -  UK  -  CA  -  DE  JA -  
Un achat via l'un ou l'autre des fournisseurs proposés contribue à défrayer les coûts d'exploitation de ce site.
 

   

Cliquez l'un ou l'autre bouton pour découvrir bien d'autres critiques de CD
 Click either button for many other reviews