Texte paru dans: / Appeared in:
*


Classica # 203/ (06/2018)
Pour s'abonner / Subscription information


Harmonia Mundi
HMM902368




Code-barres / Barcode : 3149020934258

Appréciation d'ensemble:

Outil de traduction (Très approximatif)
Translator tool (Very approximate)
 

Analyste:  Philippe Venturini

Le hasard veut qu'à distance Matthias Goerne et Michael Voile entreprennent des parcours parallèles entre Bach et Wagner. Le premier a en effet signé un disque de cantates pour basse où figurent les inévitables BWV56 et BWV82 (Harmonia Mundi, 2017, Classica no. 195) et un « Wagner Project » (Harmonia Mundi, 2016, Classica no. 199). Le second, en plus d'un récital Wagner (Orfeo, 2017, Classica no. 201), présente ces deux mêmes cantates. On ne comparera pas les mérites des deux ensembles baroques allemands, le Freiburger Barockorchester (Goerne) et l’Academie für alte Musik Berlin (VoIIe), leurs interventions étant à la hauteur de leur (haute) réputation. On peut cependant noter que l'ensemble berlinois, bien mis en valeur par la prise de son des deux disques et fort d'une belle homogénéité (les sinfonias qui servent d'intermèdes), ne semble pas toujours totalement investi dans le projet: les solos de hautbois (BWV 82/1, BWV 56/3) et de violon (BWV 32/3) affichent en effet une étonnante neutralité.

Mais l'essentiel n'est pas là. Michael Volle, qui restera un Hans Sachs inoubliable, ne peut pas longtemps masquer une voix désormais fatiguée, une justesse parfois aléatoire, une tenue inégale de la ligne et quelques accents appuyés «SchIummert ein»). Cette fragilité donnerait presque à la Cantate BWV 56 « lch will den Kreuzstab gerne tragen » un caractère d'aveu. Il est certes difficile de rester sourd à une telle sincérité, à pareille lumière du timbre et à une diction allemande exemplaire mais dans une discographie si riche (Fischer‑Dieskau, Huttenlocher, Kooij, van Egmond), il sera difficile de trouver une place.

Les trois cantates choisies pour le disque Harmonia Mundi, issues du troisième cycle entrepris par Bach à Leipzig, se distinguent par un effectif instrumental restreint (un ou deux hautbois, un basson, éventuellement un violoncelle piccolo, en plus des cordes) auquel répond un duo vocal, soprano et basse, représentant l'âme et le Christ. Enregistré dix mois plus tard, ce programme appelle naturellement les mêmes commentaires et réserves. Michael Volle conserve son allemand de rêve mais aussi ses trous (BWV 49/2) et ses flottements (BWV 57/1) dans la voix même s'il sait trouver le caractère propre à chaque mouvement (les traits belliqueux de BWV 57/5). Il trouve en Sophie Karthäuser, dont c'est, semble‑t‑il, la première incursion au disque dans l'univers de Bach une merveilleuse partenaire. La délicatesse de ses phrasés, son intelligence du texte et certaines de ses inflexions vocales rappellent une grande interprète de Bach: Barbara Schlick. Réunis en une formation de douze chanteurs, les membres du RIAS investissent les chorals avec une rare éloquence.


Support us financially by purchasing this disc from eiher one of these suppliers.
  FR  -  U.S.  -  UK  -  CA  -  DE  JA -  
Un achat via l'un ou l'autre des fournisseurs proposés contribue à défrayer les coûts d'exploitation de ce site.

   

Cliquez l'un ou l'autre bouton pour découvrir bien d'autres critiques de CD
 Click either button for many other reviews