Texte paru dans: / Appeared in:
*


Diapason # 669 (06/2018)
Pour s'abonner / Subscription information


Arcana
A447



Code-barres / Barcode : 3760195734476

Appréciation d'ensemble:

Outil de traduction (Très approximatif)
Translator tool (Very approximate)
 

Analyste: Denis Morrier

 

Trois Diapason, oui, pour l'ensemble italien qui faisait hier l'événement dans une interprétation révolutionnaire de la Missa in illo Tempore (1610) du même Monteverdi, et glanait un Diapason d'or ! On pouvait s'attendre à ce que Paolo Da Col, restant dans le stile antico, se tourne vers la Missa da cappella publiée dans la Selva morale (1640) testamentaire. C'est pourtant sur celle parue dans le recueil posthume de 1650 (et autrefois révélée par Philippe Herreweghe, HM) qu'il jette son dévolu. Un choix d’autant plus surprenant que cette messe austère, à quatre voix avec orgue, ne revêt ni la somptuosité polyphonique de celle de 1610, ni le caractère unitaire et aérien de celle de 1640. 

Son écriture singulière, mêlant contre­point sévère et figures ornementales, a peu inspiré Paolo Da Col. Renouant avec les procédés mis en oeuvre pour sa Missa in illo tempore, il recourt à des voix exclusivement masculines (magnifiques falsettistes en guise de sopranos). Malgré les doublures de l'orgue, le contrepoint manque souvent de transparence, en particulier lorsqu'il se pare de vocalises et de figures expressives. Les Litanies de la Vierge empruntées au même recueil ne sont pas plus abouties ‑ l'écriture appelle plus de relief sonore et surtout d'émotion. Des tempos uniformes et trop retenus confinent le contrepoint dans une atmosphère compassée, où les répétitions de formules litaniques s'avèrent plus fastidieuses qu'enivrantes. Les oppositions de groupes de voix (les six parties engendrant solos, duos et trios) trahissent une disparité de timbres que masquait la polyphonie plus régulière de la messe.

La déception est plus grande encore dans le Gloria a 7 extrait de la Selva morale, chef‑d’oeuvre emblématique de l'âge d'or de la Cappella di San Marco. Les chantres d'Odhecaton (rejoints par deux sopranos féminines) sont en deçà des exigences de virtuosité de ce joyau du stile concertato. L’acoustique réverbérée aggrave encore l'impression de lourdeur, tandis que le chef abuse d'effets artificiels pour dissimuler le manque de vitalité précise de ses troupes. Disque mineur d'un ensemble majeur.
 


 Support us financially by purchasing this disc from eiher one of these suppliers.
  FR  -  U.S.  -  UK  -  CA  -  DE  JA -  
Un achat via l'un ou l'autre des fournisseurs proposés contribue à défrayer les coûts d'exploitation de ce site.
 

   

Cliquez l'un ou l'autre bouton pour découvrir bien d'autres critiques de CD
 Click either button for many other reviews