Texte paru dans: / Appeared in:
*


Classica # 202/ (05/2018)
Pour s'abonner / Subscription information


Mirare
MIR386



Code-barres / Barcode : 3760127223870 (ID623)

Appréciation d'ensemble:

Outil de traduction (Très approximatif)
Translator tool (Very approximate)
 

Analyste:  Philippe Venturini

TABLEAUX ROMANTIQUES


Dans un souffle délicat, les artistes de La Rêveuse exaltent la viole intimiste ou joyeuse de Marin Marais.

Intensité du regard, douceur du trait, profondeur de l'âme: les études de portraits de femmes de Watteau choisies en illustration promettent de nobles pensées et des confidences à demi‑mot. Cette anthologie de pièces de viole puise en effet dans les Quatrième (1717) et Cinquième Livres (1723) de Marin Marais dans lesquels la danse devient le cadre et non plus le sujet, s'effaçant souvent derrière des pièces de caractère et autres portraits. Les hésitations du Badinage, la tendre mélancolie des rondeaux Le Troilleur ou Le Bijou, la grave rumination de La Rêveuse rappellent comment le compositeur sait suggérer une humeur et organiser la scène. Il dispose, il est vrai, d'interprètes qui parlent couramment sa langue et semblent en deviner les moindres intentions. L'archet délié de Florence Bolton, son infinie variété d'inflexions et de nuances, trouve dans le théorbe attentif de Benjamin Perrot, un indispensable complice, et non un simple accompagnateur, qui, en outre, confie à son instrument avec une grâce insigne Les Barricades mystérieuses et Le Dodo de Couperin. Régulièrement rejoints par le clavecin de Carsten Lohff et la viole de Robin Pharo, ces artistes traduisent avec une rare délicatesse cette musique romantique avant l'heure. La prise de son d'Hugues Deschaux (voir ci-dessous) et les photos en noir et blanc de Robin Davies entretiennent cette intimité des tableaux de Georges de La Tour.

Mais le programme, fort intelligemment pensé, joue des contrastes et n'enferme pas l'auditeur dans les mystères du boudoir ou la pénombre des sous‑bois: les caprices du Jeu du volant, un sport à raquettes, le souffle orchestral de la Fête champêtre, l'ivresse entêtante de La Biscayenne, écho d'une vièle animé d'un mouvement perpétuel, le bagout de La Provençale ont un humour savoureux et des ambiances de plein air. Watteau a aussi peint, deux fois et en grand format, l'île de Cythère.

 

~~~~~~

 

PRISE DE SON DU MOIS

Une basse de viole et un théorbe, le plus souvent soutenus par un clavecin et/ou une seconde basse de viole, ont pris place dans une salle du château de cHambord. On n’en devine pas précisément l’acoustique, car Hugues Deschaux a choisi de privilégier les sons directs, la voix des instruments, le grain des cordes. L’auditeur n’a certes pas l’oreille collée sur la table d’harmonie du clavecin ou la touche de la viole, mais il est installé à proximité des instruments, de façon à en saisir la pulpe sonore, et pas seulement l’écorce. Fidèle à ses (excellents)principes, Hugues Deschaux donne à entendre un son généreux et dense, mais jamais lourd ni approximatif. Chaque pupitre est, au contraire, parfaitement défini dans l’espace.


Support us financially by purchasing this disc from eiher one of these suppliers.
  FR  -  U.S.  -  UK  -  CA  -  DE  JA -  
Un achat via l'un ou l'autre des fournisseurs proposés contribue à défrayer les coûts d'exploitation de ce site.

   

Cliquez l'un ou l'autre bouton pour découvrir bien d'autres critiques de CD
 Click either button for many other reviews