Texte paru dans: / Appeared in:
*

Diapason # 633 (03/2015)
Pour s'abonner / Subscription information


Supraphon
SU41732




Code-barres / Barcode : 0099925417321  (ID498)

Appréciation d'ensemble:

Outil de traduction ~ (Très approximatif)
Translator tool (Very approximate)
 

Analyste: Jean‑Luc Macia

On ne cherchera pas, dans ces Lamentations pour la semaine sainte, le Jan Dismas Zelenka décoiffant des grandes pages sacrées et des capriccios instrumentaux. Ce premier cycle de 1722 (des répons et un autre cycle suivront) nous montre sa plume la plus subtile trempée dans une encre italienne. La vieille tradition des déclamations mélismatiques sur les lettres hébraïques, au début de chacune des lectures, est respectée: mais le reste emprunte largement à l'opéra (grande aria dramatique alla Handel avec récitatifs, passages arioso, envolée virtuose pour le « Jerusalem, Jerusalem, conventere » final).

 

Zelenka n'a pas prévu de soprano (il n'y en avait peut‑être pas cette année‑là à la cour de Dresde), répartissant ses leçons entre un alto, un ténor et une basse. L'orchestre à cordes s'adjoint deux hautbois le mercredi et le jeudi, tandis que le vendredi a droit à des flûtes, un basson et même un chalumeau. Bizarrement, le compositeur n'a mis en musique que les deux premières lectures de chaque journée ; les interprètes de ce disque ont choisi de donner la troisième en grégorien, ce que n'avait pas fait par exemple René Jacobs dans son enregistrement paru chez DHM en 1982, par lequel de nombreux mélomanes découvraient ces partitions admirables.

 

        L’équipe praguoise se distingue par l'aisance de la direction dans les contrastes rythmiques fréquents (du pur Zelenka), par un orchestre qui n'oublie jamais de respirer avec les chanteurs, par la splendide palette et des équilibres bien dosés. Damien Guillon nous touche à nouveau par sa voix agile et pure, sa déclamation subtile (écoutez ses vocalises voluptueuses plage 8). Un ténor et une basse à la hauteur nous auraient assuré une version de référence. Hélas, leurs timbres agréables mais passe­partout, leurs tessitures pas assez étendues et leur réserve expressive, ne donnent pas le change dans une écriture si riche. Le discophile gagnera à goûter ces formidables Lamentations en pièces détachées : celles pour alto dans le nouveau disque, celles pour ténor par le jeune John Mark Ainsley (King, Hyperion), et celles pour basse par Max Van Egmond (Shaw, Globe). 

 

Texte paru dans: / Appeared in:
*
 
 
Classica # 169 (02/2015)
Pour s'abonner / Subscription information 



"... les superbes Lamentations du prophète Jérémie du grand Jan Zelenka, qui connaissent ici leur quatrième enregistrement intégral. Une réussite qui doit plus à l'excellent triumvirat de chanteurs (Damien Guillon, Daniel Johannsen et Thomas Kral) qu'à la direction de Jana Semeredova certes d'une belle introspection mais manquant un peu de sève"

 

 

Appréciation d'ensemble:

 

Cliquez l'un ou l'autre bouton pour découvrir bien d'autres critiques de CD
 Click either button for many other reviews