Texte paru dans: / Appeared in:
*

Diapason # 461 (07-08/1999)
Pour s'abonner / Subscription information



Harmonia Mundi
HMG 501684




Code-barres / Barcode: 0794881853625

Consultez toutes les évaluations recensées pour ce cd ~~~~ Reach all the evaluations located for this CD

Appréciation d'ensemble:

Outil de traduction ~ (Très approximatif)
Translator tool (Very approximate)
 

Analyste: Ivan A. Alexandre

Aussi pénétrants, intuitifs, vertueux qu'étaient Anthony Rooley (DHM, 1984) et Charles Medlam (HM, 1987), leurs Arcadies sentaient encore le papier réglé, leurs lectures, la leçon d'histoire. René Jacobs enfin joue un vrai opéra : non un ancêtre mal défini « Masque pour le divertissement du Roi », dit le manuscrit londonien) de l'opéra anglais, non l'esquisse au tout début des années 1680 de ce que sera le Dido & Aeneas de Purcell, mais un ouvrage lyrique et dramatique achevé, mûr, exalté, fougueux du jarret, valeureux du gosier. Foin de la musicologie : les recherches d'un Peter Holman ou d'un Andrew Parrott concernant l'orchestre et le style vocal anglais sous Charles Il absorbent peu le chef flamand qui reconstitue un ensemble très... disons « XVIIIe » pour faire court (diapason à 415 Hz, recours à la contrebasse, à un basson évolué, etc. ). Avant la science: la pièce, sa verve rustique, son humour effronté (ah ! elle gouaille, la « Leçon aux Amours » !), sa présence, sa chaleur. Dès lors, il faudra plutôt consulter Emma Kirkby (chez le sensible mais prudent Rooley) pour entendre un « Rire de Vénus » articulé comme on suppose que les disciples anglais de Caccini l'entendaient; et pour la miraculeuse plainte de Vénus au III, on ne devra pas ignorer Lynne Dawson (chez Medlam), voire Catherine Bott chez le fastidieux Philip Pickett ou leur devancière Margaret Ritchie, noble déesse du pionnier Anthony Lewis (L'Oiseau‑Lyre tous les deux). Rosemary Joshua, Vénus aimante et positive, comme Gerald Finley, Adonis viril et sain jusque dans le trépas, ne calculent pas tant, donnent libre cours à leur sensualité, à leur lyrisme. Les cordes de l'Enlightenment ajoutent à leur belle culture le mordant du Concerto Köln si cher à René Jacobs (comme à nous aussi). Le choeur est excellent. On se demande pourquoi l'Amour, chanté sous John Blow par « Lady Mary Tudor » (fille de la maîtresse du roi qui chantait. Vénus, et alors dans l'enfance) échoit à un falsettiste point trop à l'aise sur ses fa aigus. Mais le groupe abonde d'une seule voix dans le sens que lui indique le chef. Sens vital et théâtral, pour vous servir.

 

Fermer la fenêtre/Close window

 

Cliquez l'un ou l'autre bouton pour découvrir bien d'autres critiques de CD
 Click either button for many other reviews